Le samedi 14 octobre 2006, la sortie d’automne de l’Ottawa Citroën Club a été combinée avec une invitation à participer au Festival « Goodwood in the Valley » au Calabogie Motorsports Park (CMP). Cet événement était le premier organisé par le Club Motorsport d’Ottawa (MCO) au CMP tout récemment ouvert.

MCO, l’un des plus vieux clubs de voiture au Canada, a invité les coureurs, les clubs sportifs et les clubs de voitures d’époque à se joindre à cette célébration d’ouverture du tout nouveau circuit de course routier. Ce circuit est le premier construit au Canada depuis 25 ans. L’événement visait à permettre aux amateurs de voitures de toute appartenance, de découvrir et d’apprécier ces nouvelles installations si passionnantes. Elles se trouvent dans la belle région des Hautes-Terres de Calabogie, à deux heures au nord de Kingston. Dans l’ensemble, plus de 200 pilotes ont saisi l’occasion.

C’est sous un ciel menaçant que des membres de l’Ottawa Citroën Club provenant d’Ottawa, Winchester, Montréal, Arnprior, Renfrew et Perth ont quitté leurs domiciles pour se diriger vers leur rendez-vous à (il n’y a pas plus canadien !) Tim Hortons près de Perth. De là, le convoi de cinq 2CV et une SM s’est dirigé vers le nord sur la belle route 511. Cette route est l’un des trésors cachés de la région. Elle serpente à travers les forêts d’automne, avec des montées et des pentes abruptes présentant un amusant défi pour la 2CV. De plus, elles ont encouragé, Werner Seigrist dans sa SM, à chercher des opportunités pour doubler.

Not the only Ducks in town
2CV drivers get coached by some of the racers

La majeure partie du convoi est arrivée ensemble à la CMP. Tous ont trouvé l’infrastructure des paddocks et des stands très impressionnante. Cette infracstructure est nécessaire au circuit qui comprend 5.6 km avec 20 virages, dans un cadre pittoresque de forêts et de collines. À leur arrivée, une des premières personnes qu’ils ont vu était Bob McLeod. C’est lui qui avait organisé le convoi mais n’y a pas participer car MCO l’avait recruté comme Marshall à la grille de départ lors de l’événement. Bob a prévenu l’organisateur en chef, Ron Woltman, de l’arrivée des Citroëns et celui-ci a accueilli chaleureusement ses occupants. En fait, Ron était tellement content de leur arrivée, qu’il a interrompu la pratique sur la piste pour permettre aux Citroëns de défiler sur le circuit en parade officielle, derrière l’une des voitures de sécurité. Les conducteurs des Citroëns ne pouvaient pas y croire! Sous un enthousiasme évident des travailleurs de circuit et autres participants, les cinq 2CV de Christian Thurler, Cor Baars, Pierre Gagné, Michel Larouche et John Fisher ont paradé fièrement autour du circuit avant de regagner les stands. À noter le sourire épanoui des passagers, autres membres du club, qui se trouvaient à bord de ces 2CV.

Ottawa Citroën Club in the pit lane at Calabogie
The 2CVs head for Turn One at CMP

Nos citroennistes ont passé le reste de leur temps au CMP à regarder les autres pilotes expérimentant le nouveau circuit. Les voitures variées allaient de la voiture de tous les jours de classe Touring jusqu’à la voiture de course monoplace de différentes classes de performance.

Deux membres du Club Citroën d’Ottawa ont participé dans les classes de performance, mais bien évidemment dans d’autres voitures que leurs Citroëns. Jaro Dvorsky, propriétaire de 2CV et ancien pilote de course a participé avec sa célèbre Tatra 603. Neil Bryson, pour sa part a conduit sa toute nouvelle puissante Lotus Elise ; il est propriétaire d’une 2CV Camionnette et possède une grande expérience des courses automobiles, y compris celles des courses de voitures d’époque avec une Alpine Renault.

Comme c’est souvent le cas, les Citroëns ont attiré beaucoup d’attention dans le paddock. Bien des participants ont partagé leurs histoires de leurs rencontres avec ces voitures, pendant de nombreuses années. Une histoire remarquable vient du major-général Lewis MacKenzie, ancien commandant des forces de l’OTAN en Bosnie, et actuellement  coureur automobile de monoplace. Quand il était avec les Forces canadiennes en Europe dans les années 60, la 2CV était le transport d’usage courant de la population. En raison de la nature peu fiable de l’ancien style de crochet fixation de vitre mobile, il était possible d’identifier son rang par les meurtrissures au coude résultant de cette fixation précaire. Si l’ecchymose était sur ​​le bras gauche, ça signifiait que l’individu était un officier de rang supérieur car il avait droit sa propre voiture. Une ecchymose sur le bras droit indiquait que la victime était un simple passager, et ainsi d’un rang inférieur. Nous avons même rencontré un coureur, Ted Rance, qui nous a dit être propriétaire d’une 2CV 1957 qu’il veut restaurer depuis longtemps. Il était très content d’avoir pris contact avec le Club Citroën.

Plus tard dans l’après-midi, le groupe Citroën a quitté le circuit pour se rendre chez Nancy et Pierre Gagné, qui habitent vers Renfrew. Ceux-ci ont servi des rafraîchissements dans une atmosphère bien évidemment détendue; le groupe a pu ainsi revivre les moments les plus marquants du circuit de CMP. Enfin, chacun a pris le chemin du retour vers leur domicile respectif.