(Google Translation)

Tous les propriétaires de Citroën ont des histoires à raconter leurs expériences avec des voitures Citroën. Quelques bons, d’autres mauvaises, certaines carrément hilarant. Je me souviens bien l’histoire racontée par Yaro, qui avait fasciné les auditeurs avec son histoire de passer non pas un, mais deux Ferrari avec sa 2CV sur une forte pente de descente. En silence, chacun d’entre nous qui possèdent une 2CV, gonflé d’orgueil. Bien sûr, ce qui descend doit trouver, au volant d’une 2CV. Inutile de dire que les 2 Ferrari a facilement passé Yaro sur le prochain tronçon en amont de la route.

Bien sûr, il ya les rencontres des propriétaires de Citroën. Il ya habituellement une pauvre âme qui la voiture a un problème mécanique, au grand embarras du propriétaire.

Il ya ceux qui, comme moi, ont beaucoup de choses à raconter des expériences de l’enfance avec Citroën.

Je voudrais dédier cette page à tous ceux qui ont une histoire à raconter. Si vous avez une histoire, s’il vous plaît dites-moi. Je vais le mettre sur cette page pour le divertissement de nos lecteurs.

Depuis que je suis déjà écrit, je vais profiter de l’occasion et vous donner une expérience que j’ai vécue.

J’ai eu à travailler un de nuit. À partir de minuit. J’ai décidé de prendre la 2CV avec ses phares jaunes lumineux avec fierté, à peine d’éclairage la nuit. Sur l’autoroute grandes j’étais arrêté par deux policiers avides. L’agent de la femme a été choquée par les phares jaunes et m’a demandé si j’avais «normale» pour les feux de la 2CV. J’ai dit oui, mais je les avais dans mon garage. L’agent masculin a ensuite rappelé que j’étais cadencé à 124 k / h. Secrètement, je suis heureux, bien que je professe mon innocence. La limite de vitesse était de 100 k / ph. Je suis descendu avec un avertissement. Si je m’étais un billet pour excès de vitesse, je crois que je l’aurai encadrée!

– Hans Asselbergs